Qui sauvera Lacroix???




C'est aujourd'hui que le tribunal de commerce de Paris va examiné, à huit clos, les offres de reprise de la maison Christian Lacroix. Apparemment les jeux se jouent entre La Financière de St Germain et Bernard Krief, sans oublier le Cheikh emirati sur qui on compte le plus. En effet son offre réunit vraiment toute les conditions nécessaires à la survit de la maison de haute-couture, soit le maintient de l'activité, la sauvegarde des emplois et l'apurement du passif. La maison compte 105 salariés, et avait cumulé dix millions d'euros de perte sur un chiffre d'affaire de trente millions d'euros. Le Cheikh envisage un budget de cent millions d'euros pour remettre en place, et dans la course, la Maison Christian Lacroix, en sachant qu'il n'est pas à ses débuts dans les entreprises de luxe, de part ses collaborations financières avec les grands magasins Saks & Barneys. Néanmoins au cas où il ne se présenterait pas au tribunal, comme s'est désisté l'italien Borletti, après tout un été de tractations.

Rien n'est encore sur bien sur, mais d'après Lacroix : si l'offre émiratie est choisie, la maison, en sommeil depuis le défilé haute couture de juillet, reprendra ses activités "dans l'heure qui suit". Avec l'offre de la Financière, le re-départ de la marque pourrait se ferme plus lentement, mais les effectifs de personnel pourraient triplés en 5 ans, dit M. Petiet