Vivre d'amour et d'eau de parfum PART I




Quand il est question de parfum, il existe deux types de personnes : celles qui restent fidèles à un seul, et celles qui badinent avec beaucoup d'autres.

Il y a quelques jours de cela, je prenais l'apéro avec des amis de fac et autour de tomates-mozza et de bonnes bouteilles de vin rouge, j'ai découvert que mon amie Camille était comme moi, une fidèle à son parfum. C'est une relation à la fois logique et inexplicable qui  unit une personne et son parfum. Son corps est lié à une fragrance comme son esprit à la parole, une extension extérieure de sa personnalité, qu'on livre à autrui. Quand on trouve enfin son parfum, celui qui à la fois nous rassure en le respirant sur l'envers du poignet, et qui nous découvre à la personne en face quand elle s'approche assez près de notre cou, s'installe un genre de binôme dans la vie de tous les jours, une histoire de couple, un contrat de sincérité et une signature olfactive qui marque notre présence.

En voyant le n°5 de Chanel sur son étagère, mon amie Camille commença à me raconter cette relation fusionnelle, que l'on pourrait trouvait ridicule mais qui me toucha très sincèrement, que les femmes de sa famille avait avec les parfums de cette maison. Tout commença avec sa grand mère que mon amie admirait et aimait très profondément, qui portait Allure. Je devine d'ailleurs qu'à chaque fois qu'elle sent ce parfum une grande nostalgie et de beaux souvenirs doivent lui revenir en tête, sa mère elle porte le n°5, le parfum que je qualifierais comme le symbole de la femme dans toute sa splendeur. Camille me raconta ensuite que le jour de l'obtention de son bac sa mère lui offrit Chance, comme pour lui dire qu'elle avait passé un cap dans sa vie, bientôt elle allait quitter le nid familial et commencer sa propre vie, elle devenait une vraie femme de la famille, et quittait ses habits de jeune fille. Après les multiples changements qui sont arrivés dernièrement dans la vie de mon amie je ne fut pas très surpris de voir disparaître Chance de son étagère, comme pour symboliser qu'une autre Camille voyait petit à petit le jour, comme à nouveau un autre cap passé dans sa vie. Avec le n°5 Camille devenait une femme à part entière, ou du moins le montrait elle aux autres. C'est ça pour moi une histoire de Mode. Cela pourrait paraître anodin pour certains, mais pour moi c'est aussi symboliser quelque chose de sa personne de porter tel ou tel parfum. Quand on a trouvé celui qui nous correspond, comme une sorte de greffe que notre corps doit accepter, alors le parfum se lie à nous, et quand nos proches un jour sentent dans la rue ce  même parfum, quelque soit la personne qui le porte, ils penseront à nous, seulement à nous.

Voilà des histoires que l'on aime entendre et que jamais on se lasserait d'écouter. Voilà pourquoi je voulais partager celle-ci avec vous.